You are currently browsing the monthly archive for mars 2011.

Chose promise, chose due. Voici donc la review de la très belle Gwendolyn de Alter (tirée de Odin Sphere), éditée en 2008 et rééditée en 2010. (Désolée pour les gouttes sur la figurine mais il pleuvait)

Package

La figurine est présentée dans une brosse boite carrée (dimensions : 20 x 28x 35 ), dans des tons bleus (clair pour les écriture, foncé pour le reste). Des images de prototype ornent le carton. La façon de les incruster dans l’arrière plan n’est pas mal fait et cela donne un côté « doux » à l’ensemble, ayant un effet assez épuré (pas trop chargé).

Sculpture et peinture

Gwendolyn nous est présentée en train d’atterrir sur un tronc d’arbre, sa lance à la main. La figurine est très grande (bien 37cm, voir plus).

La première chose qui m’a frappée a été la coloration des ailes. Celles-ci, vues de dessus, semblent opaque, mais de dessous, la peinture laisse passer la luminosité et le rendu et tout simplement bluffant.

Ensuite, la peinture de l’ensemble est remarquable. de beaux dégradés, des couleurs vraiment conforme au prototype, pleins de petits détails, qui forment un tout très harmonieux. Je n’ai repéré aucune race de moulage, ni de défauts de peinture.

Pour les jointures, elles sont très bien dissimulées sauf celle de la tunique, si on regarde d’assez près, sur le côté. Mais à part ce détail là, tout est ok aussi pour ce point. Les effets des plis sont très bien retranscrits.

Le socle, quant à lui, est une petite merveille. L’effet des champignons, du tronc, des feuillages sont vraiment bluffant. Beaucoup de soin et de travail a été apporté à cet élément. Il faut vraiment partie de la figurine elle-même.

En bref, Gwendolyn est une très belle pièce, amoureux de Odin Sphere ou non. Néanmoins, vu son succès, elle est assez difficilement trouvable à prix décent.

Le petit mot pour la fin

Etant fan d’Odin Sphere (j’avais mis mon avis sur ce jeu précédemment sur ce blog), ayant vu le succès de cette demoiselle, il me fallait une Gwendolyn (ce personnage est, d’ailleurs, très agréable à jouer). Au début, vu son prix, j’avais laissé tombé et je comptai me rabattre sur cette de Yamato (qui sortira je-ne-sais-quand). Avec un bon coup de chance, j’ai vendu et j’ai amassé assez pour me la prendre (je ne remercirai jamais assez le vendeur pour ça).  A l’ouverture du paquet, ce fut une grande de surprise. Elle était encore plus belle qu’en photo (prototype et produit fini étant de la même qualité). Je pense que, maintenant, elle vient de devenir la plus belle pièce de ma collection (saber et black rock shooter derrière elle).

Publicités

Rendez-vous Samedi pour la Review !

En voila une pas du tout prévue au programme mais j’ai craqué (moi ? Faible ? Du tout.).

Elle est tirée de Fate/Hollow ataraxia, Visual Novel de Type-Moon et a été éditée en 2006.

Package

Pour une fois, j’aime bien la boite. Elle est simple, sobre (un peu comme la figurine d’ailleurs), avec quelques couleurs pourpre par-ci par-là. D’assez petite taille, elle est assez pratique niveau rangement et n’a pas d’espace superflu à l’interieur. Bref, franchement, what else ?

Sculpture et peinture

De loin, un peu voir une figurine sobre, avec un joli mouvement du ruban (ou écharpe, je n’ai pas encore identifié la chose) sur un socle assez simple.

De près, ce n’est plus le même combat. Pas mal de trace de moulage, notamment au niveau des jambes et du ruban, une peinture peu précise au niveau des petits détails. Un très bon point est la jointure quasi inexistante au niveau des cheveux, contrairement à un bon nombre d’autres figurines. Il y a possibilité de lui ôter son chapeau et son ruban (je la préfère d’ailleurs sans le premier des deux cités).

Les deux raisons de mon achat ont été surtout le visage très doux de Caren et la pose assez gracieuse et simple comme je les aime, et je n’en suis pas déçue. J’ai aussi été très surprise par ses cheveux. Bien qu’ils ne soient pas spécialement très « fins », je trouve la couleur et le rendu vraiment magnifique.

Le socle, quant à lui, mis à part une forme assez original, n’a rien de spécial. Je trouve dommage qu’ils aient rajouté un bloc transparent au lieux de faire un dégradé blanc.

Le petit mot pour la fin

L’univers de Fate me plait énormément (vous l’aurez remarqué à mon avis) et en trainant un peu sur les sites de vente, je suis tombée nez à nez avec cette figurine, à prix vraiment bas (25 euros fdp compris, venant d’Angleterre). Bref, je me suis laissée tentée et, comme souvent, je ne le regrette pas. Malheureusement, elle est assez différente du proto d’origine via la forme de son ruban et ses yeux (qui semblaient moins contrasté sur le prototype).

Fate/Stay Night

Origine: Fate/Stay Night
Editeur : TYPE-MOON
Plateforme: PC
Genre: Visual Novel, Eroge
Sortie Japon: 30 janvier 2004
Prix: 8,800 Yens

Synopsis : Vous êtes Emiya Shiro, simple étudiant et pratiquant la magie de reconstitution (solidification, modification d’éléments). Vous vivez une vie « normale » en compagnie de Fujee-nee (votre professeur) et votre junior, Sakura Matou. Un soir, après avoir aidé à nettoyer le dojo de l’école, vous voyez une scène hors du commun. Un homme en bleu et un autre rouge s’affrontant avec des armes toutes aussi étranges qu’eux. Bien que vous tentez de vous échapper, l’homme en bleu vous rattrape et vous « tue ». Vous êtes sur le point de mourir mais quelqu’un vous sauve la vie. Une fois chez vous, votre agresseur revient pour vous tuer « une seconde fois ». Cette fois-ci, quand vous êtes sur le point de mourir, une étrange femme blonde, vêtue d’une armure, arrive et repousse l’étranger.
« Je suis le Servant Saber. Êtes-vous mon Maître ?» vous dit-elle.

Critique : Fate/Stay Night est mon tout premier Visual Novel, donc je ne peux pas comparer avec d’autres jeu de ce genre.
Ayant déjà vu l’anime Fate/stay night et le film Fate/unlimited Blade works, j’ai pu facilement me retrouver dans le scénario, néanmoins, certaines choses divergent un peu. Le texte détaille très bien les actions et le ressentiment du personnage principal. Bien que « plat », je trouve que l’on ressent mieux les émotions dans ce genre de jeu que dans les autres. C’est beaucoup plus intense (surement du au fait que l’on est à la place du personnage principal et qu’il nous décrit tout ce qu’il sent, ressent, voit). Il y a aussi beaucoup de textes et les choix sont assez espacés. Une fois le une scène passée, si on recommence le jeu, on a le choix entre revoir la scène ou non. Ce qui est bien pratique si l’on veut juste faire des choix différents pour débloquer les bonus ou les scénarios. On peut aussi sauvegarder et quitter quand bon nous semble (vraiment à n’importe quel moment), ce qui peut nous éviter de devoir regarder les scènes « hard » en publics ou devant des enfants.

Le scénario est très riche, rien n’est mis au hasard. Il n’y a aucune action qui est répétée et tout est bien fluide et cohérant. J’aime bien aussi le système de point par action faite, qui serviront pour débloquer des bonus.
Dans ce jeu, il y a trois scénarios. Le premier, Fate/stay night. Une fois fini celui-ci, on a droit à Unlimited Blade Works puis, on peut débloquer celui de Heaven Feels (le plus sombre) en ayant acquis assez de points d’une personne (si on choisit d’aider sakura, on a « +1 point sakura » par exemple).

Les scènes érotiques ne sont pas vraiment très présente mais, contrairement à l’anime, tout est bien plus cohérant. Ce ne sont des scènes vraiment « choquantes » on va dire (il n’y a pas présence de sado masochisme, ou de tendances « bizarres » du genre), juste des « actions » normales (enfin plus ou moins). Bref, ça se regarde, sans êtres vraiment outrés. Bon, c’est sur, il vaut mieux éviter de jouer à ce jeu en lieu public ou montrer ces scènes à des jeunes gens. Par contre, on les voit arriver. Il n’y a plus de voix (heureusement), il y a une petite musique douce et des bruits de gouttes d’eaux et un écran noir (qui reste un petit moment) en arrière plan, avant que les « vraies » images arrivent. Il y en a très peu (et elles ne sont pas très longues) donc ce n’est pas si gênant que ça.

Pour l’ost, celle-ci est bien présente et concorde bien avec la scène. Pour rendre l’atmosphère pesante (avant une bataille ou une décision importante), une musique assez stressante est là pour nous mettre dans cette ambiance et ceci est très bien réussi. On est encore plus plongé dans le jeu.
Pour conclure, je pense que c’est un bon jeu pour « dompter » les Visual Novel. Il est très accrocheur et donne envie de voir ce que les autres donnent. Avoir trois scénarios est très enrichissant et très passionnant et augmente la durée de vie du jeu. Le seul point négatif que je pourrais lui trouver est que le jeu ne soit pas sorti en France, ni traduit en français.

Note : 18/20

Pourquoi Flandre était contente ? Tout simplement car sa grande soeur est enfin arrivée ! Par contre, pour cette série de photo, vu qu’il fait moyennement beau, je les ai fais en intérieur donc bon… ça ne sera surement pas super.

Bref, Remilia est aussi tirée de l’univers de Touhou project (logique, vu que c’est la sœur de Flandre….). Bref, c’est parti o/

Package


C’est rose, avec des petites ailes de chauve souris un peu partout (de loin ça ne se voit pas), avec, comme d’habitudes, des images du proto sur les côtés, derrière et dessus. Bref, c’est classique et la boite à l’avantage d’être moins « flashy » que celle de Flandre.

Sculpture et peinture.



Remi a le même style de vêtements que sa sœur, à quelques différences : Couleurs qui semblent inversée (proéminence de rose ici, alors que chez Flandre, c’est le rouge qui triomphe), le bandeau du chapeau de l’autre côté, les vêtements de Remi ont l’air d’avoir un peu plus de « Frou-frou ».

En accessoires, elle possède : son arme, un bras contenant le pic pour la fixer, deux bras en plus (ceux qui sont pliés), les deux visages alternatifs et le chapeau. Les ailes de cette demoiselles sont un peu plus simples niveau réalisation que Flandre (bon, ce ne sont pas les mêmes styles d’ailes aussi).

Niveau couleurs, Remi bénéficies d’une très bonne qualité. De beaux ombrages, surtout au niveaux des cheveux et de la jupe. Il n’y aucune bavure au niveau des petits détails comme le bracelet, les liserais des vêtements.

En parlant des cheveux, on peut remarquer que Good Smile Company a fait du meilleur travail sur Remi que sur Flandre. Cette dernière avait quelques traces de moulage et une bonne jointure visible. Pour Remi, il n’y a rien (à moins que je sois aveugle). De plus, comme je l’ai dis plus haut, la peinture sur cette partie est très bien réalisés
Le socle, tout comme flandre, a un dessin. Ici, ce sont des chauves souris, avec une lune argentée (je crois que c’est ça).

Comme pour Flandre, il manquerait une jambe alternative pour plus de dynamisme.

Le petit mot de la fin

Ayant craquée sur Flandre précédemment (je pense que ça, vous l’aurez remarqué), je voulais à tout prix sa sœur. Heureusement, j’ai réussi à l’avoir pour son prix d’origine (étant limitée et exclusive, je craignais le prix). Bien sur Remilia soit un peu plus classique que Flandre, à l’ouverture de la boite, ce fut une très bonne surprise : très bonne réalisation, pas vraiment de défauts, bref, parfaite. Les deux sœurs ensembles rendent vraiment bien, je suis vraiment satisfaite de cet achat !

Petit clin d’oeil à quelqu’un qui se reconnaitra : Je n’avais que du chocolat au lait, désolée :3

Oh ? Mais qu’est-ce qui peut rendre Flandre si heureuse ? La réponse Samedi :D

(oui, je fais des posts pour rien maintenant x) )

N’ayant pas de posté de nouveaux articles depuis environ une semaine (je ne reçois pas de figurine toutes les semaines Nan mais !),  je vous propose une petite critique de Odin Sphère, à l’honneur de Gwendolyn (de Alter) qui viendra rejoindre ma collection d’ici 1 ou 2 semaines.

 

Odin Sphere

Origine: Odin Sphere
Editeur : Square Enix
Distributeur : Ubisoft
Plateforme: Playstation 2
Genre: Action /Jeux de rôle
Sortie France: 14 mars 2008
Prix: 40€

Synopsis :
Ouvrez un livre et jouer son histoire. Voila comment résumer ce jeux. Un conte de fée à jouer.
Une fille, Alice, ouvre un premier livre avec l’histoire Valkyrie et incarnez Gwendolyn, une Valkyrie (d’où le titre de l’histoire) qui part aider son père sur le champs de bataille pour récupérer un Chaudron magique. Une fois l’histoire finie, Alice ouvre le second livre, où vous incarnez Cornelius. Et ainsi de suite pendant 5 livres. Les deux derniers étant le combat final et la fin de l’histoire.
Au final, vous jouerez 5 personnages :
* Gwendolyn, la valkyrie,
* Cornelius, le prince Pooka,
* Mercedes, la reine des fées,
* Oswald, le chevalier ténébreux,
* Velvet, la princesse du royaume de Valentine.
Des histoire hautes en rebondissement, toutes liées les unes aux autres de différentes façons.

Mon avis :
Au niveau graphique, il n’y a rien à dire. Un vrai prodige en 2D, une beauté pour les yeux. Le chara-design est très soigné, les décors sont vraiment merveilleux. Chaque nouveau "monde" est un plaisir. En bref, tout est beau et très poétique. On se laisse très vite emporté dans ce monde imaginaire.
L’histoire est vraiment prenante. A chaque chapitre, j’ai envie de découvrir la suite, que va-t-il arriver à l’héroïne ? Quel ennemi vais-je avoir à vaincre ? Quelle cinématique va-t-il y avoir ? Ce qui est assez dommage, c’est que l’on ne peut pas vraiment réagir sur les dialogues.
L’univers est assez original. Chaque carte est circulaire où l’on peut courir vers la droite où vers la gauche. La carte du monde est aussi très bien détaillée et plusieurs chemins sont possible pour aller jusqu’au boss final.
Passons un peu aux points noirs. Le moins gênant est le game play, qui est assez répétitif, mais il faut bien préparer sa technique lors du boss. Heureusement qu’il y l’alchimie, la cuisine et le ‘jardinage" (planter une graine et la faire pousser) qui change un peu et fais gagner pas mal d’expérience. Le gros point noir, c’est la difficulté. Ce jeu est vraiment dur et il ne faut pas se décourager. Je suis en mode facile et déjà, j’ai eu beaucoup de mal à tuer les premiers boss (le dernier que j’ai vaincu m’a pris une heure, à force de recommencer et changer de technique), mais l’envie de savoir la suite de l’histoire et pouvoir jouer les autres personnages prend le dessus. Et quelle satisfaction dès que l’on bat le boss !
En bref, un jeu dur, certes, mais tellement beau, prenant et magique !

Ma note : 18.5/20

Quelques screens via Jeuxvideo.com



__________________________________________

J’espère que ça vous aura plu !

Rendez vous la semaine prochaine avec Remilia (si elle veut bien arriver) et Gwendolyn (enfin, ça dépend quand est-ce que le vendeur peut me l’envoyer) ! o/