Image IPB

Eien no aselia – Kono Daichi no Hate de

Éditeur : ??
Développeur : Xuse
Plateforme : PC
Genre : Action, fantastique. Visual Novel
Date de sortie japonnaise : 2004
Prix : ??
Classification : Interdit aux moins de 18 ans ?

Synopsis :
Yuuto est un jeune homme habitant seul, avec sa soeur. Bien que leur vie ne soit pas très facile, ils vivent des moments heureux ensemble, avec leurs amis.
Un jour, les deux sont transporté dans un monde parallèle où les habitants parlent une langue étrangère. Ils atterrissent dans une ville nommée Rakios.
Le roi fait de kaori une prisonière (qui sera quand même bien traitée par la princesse), et Yuuto est mis aux soin de Espéria, une jeune fille semblant être la servante.
Néanmoins, notre héros découvre la puissante épée magnique « Désire » dort au fond de lui et qu’il va devoir combattre au nom de Rakios, en compagnie de Epéria, Orpha et Aselia, trois esprits, si il veut que sa petite soeur soit bien traitée.

Critique :
Je n’ai malheureusement pas vraiment pu avancer réellement ce jeu.
Au début, tout semble être un visual novel (on lit, on clique et on apprécie les scènes) qui pourrait être un eroge.
Au début tout est calme, notre héros vit sa vie paisible avec sa sœur, tout va bien dans le meilleur du monde et le jeu n’est pas très dur.
De même au début quand ils atterrissent dans Rakios. Pas de soucis majeur de game play quoi (on apprend le langage de Espéria, on fait la connaissance de Aselia et Orpha, on voit que kaori va bien, bref tout est bien dans le meilleur des mondes).
Le jeu se corse après à vrai dire, quand il faut combattre. Là c’est une autre histoire.
La première mission : aller envahir une base de l’ennemi.
Ce jeu de fainéant devient un jeu très stratégique et il y a plein de subtilité à prendre en compte (et quand on ne comprend pas à fond l’anglais, je vous dis, ça aide pas du tout).
Tout d’abord, personnellement, j’ai foncé dans le tas (yatta !! je vais leur en mettre plein la tronche !). Et bah ça marche pas.
Lors des combats, il ne faut pas que un seul des personnages meurt, ni se faire envahir.
Le début, qui est censé être facile s’est avéré être d’une dureté que je ne pensais pas.
Une fois que l’on a réussi (au bout de 10 essai, 2h de jeu et 4 tablettes de chocolat pour compenser la frustration), on retourne à la vie normale, en espérant ne plus avoir à faire ça.
Évidemment faux-espoir, c’est reparti pour un tour peu de temps après.
la formation des personnages à changé, il y a un chouilla plus d’ennemi et c’est trois fois plus dur (un personnage pouvait annuler l’attaque enemi. ce personnage a été mis hor formatio, bien evidemment).
Pour le moment ça coince.
Au sujet des graphique, ils sont pas trop mal, bien que je ne suis pas très fan des grands yeux. Pour les scènes, il faut assez faire gaffe je pense, j’ai eu droit, qu’à là à quelques petites culottes et une Orpha qui me saute dessus toute nue en criant « papa ! ». Ne jouez pas en présence de petits enfants (surtout que ce jeu regorge de lolis).

Au final, je trouve ce jeu vraiment dur, même au début. C’est presque démoralisant et je le conseille qu’à ceux qui sont fort en jeu stratégique et qui comprennent un minimum l’anglais (surtout les termes de combats).

Ce jeu a aussi été repris en Anime sous le nom de : Aseria L’éternelle

Note
: 7/10

Publicités